Azarea Box

Archive for the ‘Femmes de l’Autremonde’ Category

FEMMES DE l’AUTREMONDE

Tome 3 : Magie de Pacotille de Kelley Armstrong

Résumé :

Paige Winterbourne est une sorcière, mais ça ne se voit pas : elle ne remue pas le nez quand elle jette des sorts, par exemple. C’est une jeune femme normale de vingt-trois ans, qui travaille trop, s’inquiète de son poids, et se demande quand elle va se trouver un mec bien. A ceci près qu’elle a adopté une adolescente, Savannah… dont la mère pratiquait la magie noire, et qui est poursuivie par une démone et une Cabale de mages très puissants !

Mais à part ça, Paige mène une vie tout à fait ordinaire. Du moins, jusqu’à ce que ses voisins découvrent sa vraie nature et que l’enfer se déchaîne…

 

Mon avis :

Après deux tomes excellents consacrés à Elena, la femme loup-garou, Kelley Armstrong centre cette fois son histoire sur Paige, jeune sorcière aperçue dans le tome deux.

Suite aux événements précédents, Paige voit sa vie bouleverser maintenant qu’elle doit s’occuper de Savannah, jeune orpheline dont la mère était Eve, une puissante sorcière pratiquant la magie noire de plus, Savannah présente de bonnes dispositions pour marcher dans les traces de sa mère. Mais le retour de vieux ennemis va précipiter la vie de Paige et Savannah dans la tourmente. Elles vont devoir faire des choix et s’associer les bonnes personnes pour espérer sortir vivantes de ces épreuves.

J’avais peur quand j’ai commencé le livre. En effet, dans le tome deux, Paige ne m’avait pas spécialement fait bonne impression avec ses airs de « Madame Je Sais Tout ». Mais finalement, le fait qu’elle soit la narratrice de ce tome, on se sent plus proche d’elle et on comprend mieux les motivations de ces choix. Elle paraît moins hautaine et plus humaine, avec des faiblesses, des doutes mais une force de caractère dans son objectif de sauver à tout prix Savannah. Cette dernière est une vraie adolescente !! Elle a des sautes d’humeurs, elle est en rébellion contre les adultes… bref une vraie crise d’adolescente. Pourtant, elle n’en reste pas moins attachante car derrière sa façade de courage se cache finalement une petite fille qui a perdue sa mère, qui ne connaît pas son père et qui fait tout pour se raccrocher à la seule personne qui s’occupe d’elle, c’est-à-dire Paige. Cortez est un nouveau personnage qui entre, que dis-je, s’incruste dans la vie de Paige et Savannah. Pendant une bonne partie du roman, Paige ne peut encadrer Cortez. Elle l’enguirlande tout en se rapprochant de lui. Comportement typique dans les livres :p

Tout comme les deux premiers, ce tome reste facile à lire et une fois plongée dedans difficile de décrocher et malgré les quelques 535 pages, on les lit très vite. Encore un excellent tome que nous livre Kelley Armstrong.

8,5/10

Publicités

FEMMES DE L’AUTREMONDE

Tome 2 : Capture de Kelley Armstrong

Résumé :

Elena Michaels est une femme recherchée.
Elle n’a pourtant rien fait de mal. Enfin, pas récemment. Mais il y a dix ans, son amant l’a changée en loup-garou. La seule femme loup-garou au monde, en vérité. Et aujourd’hui, alors qu’elle parvient enfin à l’accepter, un groupe de scientifiques apprend son existence. Ils la pourchassent et elle s’apprête à foncer droit dans leur piège. Mais c’est sans compter sur la famille adoptive d’Elena, la Meute, qui ne reculera devant rien pour la retrouver.
Et sans compter non plus sur Elena elle-même, ce qui est une grossière erreur…

Mon avis :

Deuxième tome de la série, Kelley Armstrong continue à nous entraîner dans le Monde sanglant et violet des Loups-Garou.

Après avoir affronter des « cabots » dans le premier tome, Elena est confrontée à une tout autre menace : des humains, ayant connaissance de l’existence des créatures surnaturelles, décident de les capturer pour les examiner et éventuellement « jouer » avec eux. Elena va être prise au piège : elle est capturée et enfermer dans un laboratoire top secret. Elle va devoir faire preuve de ruse et de sang froid pour espérer s’en sortir en un seul morceau…

Elena ayant réintégrer la Meute après les événements précédents, elle y a retrouver Jérémy, un père de substitution et surtout Clayton, son amant avec qui elle « revit » une histoire passionnel et électrique. Dans ce tome, elle est toujours aussi courageuse et forte, malgré tout ce qui va lui tomber dessus. Bien des femmes n’auraient pu supporter ce quelle va vivre, mais son côté loup, et surtout sa foi en la Meute va faire qu’elle DOIT tenir le coup, non seulement pour elle mais aussi pour les autres créatures qu’elle va rencontrer et qui sont eux aussi prisonnier. D’autres personnes telles que Savannah, une jeune fille de 12 ans, orpheline mais sorcière de son état. Sorcière qui promet une formidable puissance mais que pas très bien maîtrisée. On y rencontre aussi Paige, apprentie sorcière très chiante mais qui jouera un rôle important dans la suite de la série. Clayton est toujours aussi violent et très amoureux de Elena.

 

Dans ce tome, Kelley Armstrong nous fait donc découvrir l’existence de d’autres créatures fantastiques : ainsi loup-garou font connaissance avec les semi-démons (Adam :D), sorcières, mage, vampires, chamans… tout ce petit monde doivent coopérer pour espérer survivre aux hommes. Ainsi, on découvre que les véritables « monstres » ne sont pas forcément ceux que l’on croit, et que les Hommes sont eux aussi, capable des pires atrocités.

 

Ce tome consacre une grande partie à la captivité d’Elena. Captivité certes intéressante mais un peu longuet et par moment, j’ai eue l’impression de tourner un peu en « rond ». Heureusement que les choses reviennent à la normale et qu’on a droit à une bonne fin et une excellent chasse finale (Elena a vraiment beaucoup d’humour :p).

 

Au final, on est en présence d’un tome intéressant car il introduit de nouvelles créatures, et fait entrer en scène Paige, héroïne du prochain tome.

 

8,5/10

FEMMES DE L’AUTREMONDE

Tome 1 : Morsure de Kelley Armstrong

 

Résumé :

Un voyage excitant à la frontière de la sauvagerie et de la féminité. Elena Michaels se coule hors de son lit, prenant bien soin de ne pas réveiller son compagnon. Il ne supporte pas qu’elle disparaisse comme ça au beau milieu de la nuit. Quelle femme normale pourrait avoir tant besoin de retrouver la solitude des rues sombres et mal famées de la ville ?
L’énergie contenue déchire ses muscles – elle ne peut plus attendre. Elle adore courir aux frontières de la ville, mais n’en a plus le temps. Elle se glisse dans une ruelle, ôte ses vêtements et se prépare au Changement…
Elena fait tout ce qu’elle peut pour être normale. Elle hait sa force, sa sauvagerie, sa faim, son désir, ses instincts de chasseuse et de tueuse. Elle aimerait avoir un mari, des enfants… et même une belle-mère. En tout cas, c’est ce qu’elle voudrait croire. Et voilà que la Meute a besoin d’elle. Cette Meute qu’elle chérit et déteste tout à la fois est la cible d’une bande de déviants sans pitié. Ils menacent de dévoiler leur existence, enfreignant les lois du clan. La loyauté du sang ne se discute pas. Et au cours de son combat, Elena découvrira sa vraie nature…

 

Mon avis :

Kelley Armstrong nous entraîne dans l’univers sauvage et bestial des loups-garous dans ce premier tome de sa série Femmes de l’Autremonde.

Elena est unique en son genre. En effet, elle est la seule femme loup garou existant. Suite à une morsure, elle est devenue une créature pouvant muter à volonté. Mais voilà, Elena n’a jamais renoncé à vivre une vie normal auprès des humains. C’est pourquoi, au début de l’histoire, elle vit à Toronto et y mène une vie tout ce qui a de plus banale : elle a un travail, vit avec un petit ami humain. Mais son passé et sa Meute vont la rattraper. Suite à un appel de l’Alpha, Elena n’a d’autres choix que de retourner auprès d’eux car sa Meute, sa famille est menacé, même si pour cela elle doit faire ressurgir des souvenirs du passé, souvenirs qu’elle aurait aimé oublier…

Elena est la pièce maîtresse de ce roman. Forte et courageuse, elle a aussi un côté « tête de lard » et supporte très mal l’autoritarisme ce qui peut lui valoir des problèmes avec le système de fonctionnement de la Meute, basé sur le pouvoir d’un chef unique. Pourtant, malgré son côté indépendante, elle reste attachée à ce groupe et fera tout pour leur venir en aide, même si elle s’était juré de ne plus s’en mêler, mais les décisions du coeur peuvent être plus fortes que la raison, même si cela implique qu’elle doit renouer contact avec Clayton, loup garou fou d’elle mais qu’elle haie pour une raison bien précise. Clayton est cynique, violent, bagarreur et pourtant il aime tellement Elena que ça en devient touchant de le voir essayer de tout faire pour la récupérer. Jérémy, le chef de la meute (l’Alpha donc) est un peu le sage de la Meute. Posé, il ne prend jamais de décision à la légère et pense avant tout au bien être et à la sécurité de sa Meute. Et cela le met souvent en conflit avec les têtes brûlés que sont Elena et Clayton. Du côté des « méchants », Kelley Armstrong, nous a mis une ribambelle de personnages tous plus affreux les uns que les autres. Entre le violeur de femmes, le pédophile et l’assassin, nous sommes servis. Tous on des raisons de se heurter à la Meute ce qui nous donne de bien belles scènes d’action.

L’univers en soi est classique. Mais ce que j’aime dans le style de Kelley Armstrong, c’est qu’elle ne survole pas l’organisation de la Meute. Quand ces derniers partent à la chasse, on a droit à des descriptions très précises sur ce qu’ils voient, sentent et entendent. On est immergés dans le décor. De plus, on y ressent toute la violence que peuvent dégager les loups garous. Par exemple, nous avons une scène de chasse sur un chapitre, très bien écrite, où les loups font la peau à un pauvre cerf. C’est violent, mais que peut-on s’attendre en fait d’une meute de loups garous? Certainement pas à un univers édulcoré et mignon.

Un bon tome avec des personnages intéressants et surtout une belle immersion dans cet univers de loups garous que nous offre Kelley Armstrong.

9/10